La coopérative, une rencontre inattendue!

Publié par Retour o Naturel le

QUELLE BELLE RENCONTRE !
Derrière les huiles végétales (argan et nigelle), les savons (argan et nigelle) et le rhassoul proposés sur ma vitrine se cachent des visages et des vies de femmes Amazighes engagées, courageuses, travailleuses, belles et souriantes.
Je suis allée à leur rencontre en juin dernier durant mon périple dans le Sud -Ouest du Maroc à la recherche de produits naturels à vous proposer. Sur la route qui mène à Essaouira, j’ai découvert ces femmes un peu par hasard, un peu comme on découvre un trésor caché, au détour de routes désertes, sinueuses, poussiéreuses et de paysages à couper le souffle. Après d’improbables détours, elles étaient là, au bout du chemin, belles et fières à la fois.
Pendant ce confinement je me suis surprise à me remémorer ces beaux souvenirs et ces belles rencontres que je souhaite vous partager à travers ces images qui immortalisent ce moment.
 
L'ATELIER
Assises en tailleur, répétant consciencieusement des gestes ancestraux, au rythme des concassages des amandons résonnant comme des tambours dans le patio,  à la recherche du meilleur de chaque oléagineux dans un ballet coordonné au milieu d’une palette de couleurs chatoyantes et de parfums enivrants. Le lourd silence extérieur ensoleillé était rompu par le bruit de leur œuvre et entrecoupé de leurs rires et de leurs chants témoins du cœur mis à l’ouvrage. Avec rapidité et dextérité, seau de leur savoir faire appris à la sueur de leur front et aux blessures de leurs mains, elles préparaient la production du jour pour faire vivre leur coopérative.
 
 
LA COOPERATIVE, UN LIEU DE VIE
Pour ces femmes, la coopérative représente l'espoir d'un avenir meilleur. Le travail à la coopérative leur permet de s'émanciper et de s’offrir de meilleures conditions de vie avec l'assurance d'un revenu régulier. La coopérative a aussi un rôle social pour ces femmes qui bénéficient de cours d'alphabétisation et de soins médicaux gratuits. Pour que chaque femme y compris celles avec des enfants puissent accéder au travail, la coopérative assure la garde de leur enfant sur place grâce à l'aménagement d'un jardin d'enfants.
 
C’est aussi un espace de vie où il règne une ambiance chaleureuse et beaucoup de solidarité. Karima, mon premier contact, me faisait remarquer que « Ce lieu, c’est un espace où elles partagent leur joie et leurs problèmes. Les femmes se livrent et sont solidaires entre elles».
Là où hier elles étaient isolées les unes des autres, la coopérative a permis une socialisation, c'est un espace de partage et un havre d’humanité. Certaines femmes m’ont confié qu’elles avaient plus confiance en elles et qu’elles avaient gagné de l’estime d'elles-mêmes depuis leur intégration dans la coopérative.
Au-delà d’un « gagne-pain », la coopérative est un vecteur d’émancipation, d’indépendance, de reconnaissance et d'affirmation.
La solidarité et le partage sont les fondements de la coopérative. Ainsi, le repas est un moment important que ces femmes préparent à tour de rôle comme en témoignent les douces effluves s’échappant des majmar - barbecues marocains en terre cuite-. Moment de repos, de partage et d’échange après le labeur. 
 
Vous l’aurez compris, ces femmes sont admirables tant par leur travail, que leur savoir faireJe suis heureuse d'avoir vécu cette belle expérience d'un jour avec ces femmes dont le sourire à mon départ signifiait « ce n’est qu’un au revoir nous nous reverrons ». Je suis fière aussi, grâce à vous, de participer modestement au projet de vie de ces femmes.
 Il me tarde de les revoir pour échanger, partager et rire avec elles comme lors de notre première rencontre. C'est grâce à ces femmes que je peux vous proposer des huiles et savons d'argan et nigelle équitables et produits de manière raisonnée. 

Partager ce message



Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.